Le projet

La Voie du Jardinier a plusieurs objectifs.

  1. Le premier, c'est d'accompagner vers un changement des pratiques et des comportements concernant le jardin ou la gestion des espaces verts. Il s'agira ici de sensibiliser, de former au jardinage écologique et faire découvrir la richesse du monde végétal. 
  2. Le second objectif, c'est d'accompagner vers un changement des pratiques et des comportements dans sa vie quotidienne. Par son alimentation et ses choix de vie, on peut réduire considérablement son impact environnemental.

Et c'est bien là le cœur du projet de la Voie du Jardinier : dans tous les aspect de sa vie, se comporter comme un jardinier. Appliquer les pratiques les plus respectueuses, pour la Terre, mais aussi pour soi-même. S'adapter au changement, avec patience, humilité et persévérance. Trouver des solutions innovantes face aux problèmes qu'on rencontre, et faire preuve de créativité. En somme, jardiner son jardin, comme on jardine sa vie.

Les outils pour agir

Il existe un point commun entre Humain, Humus et Humilité. Ces trois mots ont tous la même racine indoeuropéenne, HUM, qui veut dire la terre fertile. Pour retisser les liens entre ces trois mots en apparence si éloignés mais en réalité si proches, la Voie du Jardinier utilise les outils offerts par l'écologie, l'agroécologie et la permaculture. Ces outils permettent de proposer des ateliers, des accompagnements, des conférences ou des formation.

Les actions de la Voie du Jardinier s'adressent aux associations, aux entreprises, aux collectivités et aux particuliers. 

Par les actions qu'elle propose, La Voie du Jardinier permet d'apporter des réponses concrètes pour changer ses comportements. Ces actions se déclinent autour de quatre grands programmes.

Les domaines d'actions :
  • Le jardin 
  • La permaculture
  • l'écologie
  • Le compostage
S'adapter face au changement climatique

Toutes les actions proposées s'inscrivent bien dans ce cadre : permettre de s'adapter au grand défi du changement climatique. Nous savons que nous allons devoir nous adapter. Pour cela, il ne s'agit de montrer du doigt, de culpabiliser, de trouver des coupables. Nous sommes tous collectivement responsables, et nous devons tous trouver des solutions qui soient acceptables pour tous.

La Voie du Jardinier s'inscrit dans une démarche de changements des comportements qui soit constructive et adaptée. Sensibiliser pour donner des clés de compréhension, montrer concrètement ce qu'on peut faire, en somme, jardiner sa vie, comme on jardine son jardin. Cela n'est possible que si nous changeons notre regard sur le monde qui nous entoure. Nous devons ainsi réapprendre à vivre avec les autres espèces qui peuplent cette planète.  Il faut cesser de nous comporter comme si nous y étions les seuls, et les seuls dignes d'intérêt.

C'est tout projet de La Voie du Jardinier : recréer des écosystèmes productifs et résilients, où l'être humain a sa place autant que toutes les autres espèces vivantes. Cela peut paraître ambitieux, mais comme le colibri, La Voie du Jardinier fait sa part...

La légende du colibri

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. » (légende amérindienne, reprise ici dans les propos de Pierre Rabhi)