Un jardin où tout se mange…

Il y a différentes façons d’aménager son jardin. Il peut être strictement ornemental, ou n’être qu’un jardin potager. On peut aussi n’y cultiver que des plantes aromatiques ou des médicinales. Pourtant, même dans un petit jardin ou sur son balcon, on peut cultiver bien plus de plantes comestibles qu’on ne l’imagine. En les choisissant judicieusement, on peut obtenir une grande diversité qui pourra se retrouver dans son assiette. Et dans le grand jardin planétaire qu’est notre planète, on peut facilement, en étant un peu curieux, découvrir les richesses insoupçonnées qui nous entourent…

Des plantes comestibles, partout !

Cela commence à se savoir, mais insistons quand même : il n’y a pas que les légumes qui se mangent ! On peut aussi manger des fleurs, c’est même très à la mode. On connaît bien les classiques dans ce domaine : les capucines, les pensées, et les fleurs de bourrache, qu’on trouve facilement dans le commerce. Personnellement, j’en mets dans mes salades depuis des années. On peut manger des plantes sauvages, ça aussi c’est très à la mode. Tout le monde connaît le très classique ortie… Mais il y a quantité d’autres plantes que nous côtoyons, sans savoir qu’elles sont comestibles.

Même si cela peut paraître anecdotique, l’usage de ces plantes participe à la diversité alimentaire. Elles ont des goûts intéressants et apportent des vitamines, des minéraux, et parfois de la couleur dans l’assiette. Quel plaisir de découvrir de nouvelles saveurs et d’étonner ses convives par l’originalité de ses plats. Et comme c’est agréable de prendre conscience que nous vivons sans le savoir au milieu d’un garde manger.

 

Le jardin planétaire ou le garde manger naturel

Pour peu qu’on se promène hors des espaces urbanisés, et qu’on sache les reconnaître, l’abondance des plantes comestibles saute aux yeux. Orties, mauves, bardanes, panais, consoudes, chénopodes, amarantes, pour ne citer que les plus communes. Elles sont toutes très intéressantes d’un point de vue gustatif et alimentaire. Souvent, elles poussent là, sous nos yeux… On les considère comme des mauvaises herbes, alors on les arrache. Mais on oublie que ces plantes furent autrefois très consommées, au printemps notamment.

Il est une période de l’année qu’on nommait « la période de disette de légumes », entre mars et juin, mais cela varie selon les régions.  A cette période, le printemps, la météo est souvent indécise, et hésite entre l’hiver et l’été. Au niveau du garde manger, on arrive au bout des récoltes stockées l’année précédente, mais les récoltes de la nouvelle saison ne sont pas encore là, d’où ce nom de « disette de légumes ». Alors, on se rabattait sur ce qu’on trouvait dans la nature. Heureusement, à cette période, la flore est riche et généreuse. D’ailleurs, le fameux régime crétois poursuit cette habitude, riche en plantes sauvages au printemps, avant que le soleil méditerranéen ne vienne tout brûler et que n’arrivent les tomates, poivrons, aubergines et autres courgettes…

Et puis, on a souvent l’habitude d’aller en forêt en automne pour récolter les châtaignes, les noix et les noisettes, les champignons… Quel dommage d’oublier que le printemps est aussi généreux.

Les fleurs du jardin

Pour ceux qui n’ont pas envie de découvrir les trésors des chemins de campagne, il reste à jeter un nouveau regard sur les plantes qu’ils bichonnent dans leur jardin.

J’ai parlé plus haut de la capucine, aux feuilles et fleurs délicieuses. Il serait vraiment dommage de s’en priver. Les pensées agrémentent joliment les salades, comme les pétales des soucis. Les fleurs de bourrache, au goût de concombre, sont tout aussi bienvenues dans les salades. Les fleurs de cosmos, quant à elles, décorent joliment les salades, de fruits ou de légumes.

Chez les vivaces, les fleurs d’hémérocalles, très consommées en Asie, se mangent à la fois dans des recettes salées et dans des recettes sucrées. Du hosta, on consomme fleurs et feuilles. Ses jeunes feuilles au printemps sont un légume très apprécié en Chine et au Japon. Hosta plantaginea est considéré comme le meilleur. C’est celui dont les fleurs blanches exhalent l’odeur de la fleur d’oranger. Les pétales de roses sont aussi délicieux dans les salades. On peut même en faire de la confiture (c’est d’ailleurs une spécialité de la ville de Provins). Quant aux gentils sedums, ils sont tous comestibles. Les œillets au goût sucrés font merveilles avec les salades des fruits.

La liste des plantes données dans cet article est très loin d’être exhaustive, il y a tant à explorer, à découvrir…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.